US Grains CouncilLes cultivateurs de maïs en Amérique se sont engagés à relever les défis en matière de viabilité par une gestion attentive des terres, une amélioration constante de la technologie afin de soutenir une intensification durable au niveau mondial et l’extension du commerce pour minimiser l’utilisation, par des producteurs marginaux, de terres à faible rendement et écologiquement fragiles.

US Grains Methods to Ensure Quality

Click to view larger image.

Gestion de l’environnement: Un engagement en termes d’amélioration constante 

  • Les méthodes de production avancées telles que la culture à faible labour et sans labour du sol réduisent fortement la consommation énergétique, la perte de sols, l’utilisation des pesticides et les émissions de gaz à effet de serre tout en accroissant les rendements.
  • De 1980 à 2011, les rendements (tonnes/hectare) en maïs aux États-Unis ont augmenté de 64%, une croissance qui n’a été égalée par aucune autre culture majeure au niveau mondial.
  • Au cours de la période de 1980 à 2011, les producteurs de maïs aux États-Unis ont obtenu des diminutions par unité de production en matière d’érosion des sols (-67%), d’irrigation (-53%), d’utilisation de l’énergie (- 44%) et d’émissions de gaz à effet de serre (-36%).
  • La biotechnologie est un outil critique utilisé par les cultivateurs de maïs aux États-Unis pour produire une culture sûre, intensive, de qualité dans des conditions de croissances diverses tout en réduisant l’utilisation des pesticides et des engrais.
  • La biotechnologie est proportionnellement neutre, 90% des utilisateurs actuels étant de petits exploitants agricoles dans les pays en développement.
  • La technologie GPS intégrée à de l’équipement moderne permet aux agriculteurs de cartographier leurs champs avec une grande précision et de varier la densité de plantation et l’application d’autres intrants, tous optimisés pour les conditions des champs, avec une exactitude mesurée en millimètres.
  • Les véhicules aériens sans pilotes (UAV), communément appelés drones, arrivent à présent dans l’agriculture de précision, en tant qu’outil précieux pour surveiller la santé des cultures.
  • Les producteurs de maïs aux États-Unis répondent à présent à plus de 10% des besoins de carburants aux États-Unis (dérivés de l’éthanol), réduisant les émissions de dioxyde de carbone de 34% par rapport à l’essence. En 2013, cela équivalait à retirer des routes 8 millions de voitures. Les dix plus importantes récoltes de maïs aux États-Unis ont eu lieu au cours des onze dernières années, démontrant la fiabilité ainsi que la productivité de la technologie agricole moderne.

Responsabilité sociale: Un engagement envers les générations futures

  • Les producteurs de maïs aux États-Unis cultivent la matière première pour une industrie de l’éthanol qui, e, 2014, a contribué à soutenir près de 380 000 emplois.
  • Une usine d’éthanol ne produit pas seulement du carburant. Les coproduits incluent la nourriture pour le bétail, l’huile de maïs et d’autres produits qui renforcent l’approvisionnement en denrées alimentaires. En d’autres termes, les cultivateurs de maïs aux États-Unis travaillent pour produire des denrées alimentaires, des aliments pour animaux et du carburant à partir d’un boisseau de maïs.
  • Les efforts pour gérer les mycotoxines dans le maïs américain à des niveaux sûrs restent une priorité, notamment en raison de la préoccupation publique croissante accordée à la sécurité de notre approvisionnement alimentaire.
  • En raison de sa haute teneur énergétique et de sa disponibilité, le maïs se fait logiquement une place dans les rations destinées aux bovins de boucherie et aux bovins laitiers, aux porcins, à l’aquaculture et aux animaux de compagnie.
  • Des études montrent que l’orge américain riche en bêta-glucane possède des propriétés bénéfiques pour le cœur.
  • On estime que 60% des exportations de grains américains voyagent sur les voies navigables des États-Unis pour rejoindre les silos à grains destinés à l’exportation et être chargés sur les navires de vrac.
  • La grande productivité des agriculteurs américains permet de réserver l’équivalent de 340 000 km carrés dans les parcs nationaux et d’État – soit une superficie supérieure à celle du Royaume-Uni, de l’Irlande et de la Croatie. Cela permet de ne pas déboiser un tiers de la superficie du territoire américain et il y a davantage de forêts aux États-Unis aujourd’hui qu’en 1900.

Rentabilité économique: Un engagement en matière de viabilité à long terme

  • Les États-Unis sont le plus grand producteur mondial de maïs, produisant près d’un tiers de l’approvisionnement en maïs au monde.
  • Au cours de l’année de commercialisation 2013/2014, les agriculteurs américains ont généré un montant record de 153 milliards de dollars US en exportations de maïs.
  • En 2014, l’industrie américaine de l’éthanol a contribué pour plus de 52 milliards de dollars au produit intérieur brut (PIB) des États-Unis et ajouté 26,7 milliards de dollars aux revenus des ménages. Cela a généré plus de 10 milliards de dollars en recettes fiscales pour les administrations fédérales, des Etats et locales.
  • Une étude de 2015 a conclu qu’il existe seize secteurs – des entreprises de restauration rapide aux détaillants d’épicerie — qui dépendent du maïs américain en tant qu’ingrédient clé en matière de produits ou en tant que marché pour leurs intrants et services.
  • En 2013, les 45 premières entreprises des États-Unis dans la chaîne de valeur du maïs ont enregistré 1 700 milliards de dollars de revenus.

 

Ressources:
Water and Climate Risks Facing U.S. Corn Production: How Companies and Investors Can Cultivate Sustainability. CERES, 2015.
Ethanol Facts. National Corn Growers Association, 2015. http://ethanolfacts.com.
Navigating Global Markets For American Farmers. 2014 Annual Report. U.S. Grains Council, 2014.

Voir le pdf

Un Autre Pratique Durables en Bref:

La communauté laitière américaine a réduit les émissions de gaz à effet de serre de 63% au cours des 60 dernières années et s’est fixée comme objectif volontaire de réduire ces mêmes émissions de 25% d’ici 2020.